Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
petitefolie72 coups de coeur jardin - voyage - émotions - famille - décoration - photo - nature - poesie - coeur - mot - famille - rêve - poésie -

le sabotier...

petitefolie72

 

*

 



*

Image

*

*

Le sabotier est la personne qui est spécialisée dans la fabrication des sabots. Ils se répartissaient en deux catégories : les planeurs façonnaient l'extérieur du sabot et les creuseurs réalisaient l'intérieur.

En France, leur saint patron est Saint René.

*

 



*

(peut être est ce pour cela que notre amie nénette s'appelle Renée ?.. son papa était cordonnier... )

*



*

 

*

*

les métiers du bois faisaient vivre avant la seconde guerre mondiale de nombreuses familles d’artisans. Certains exerçaient en parallèle un autre métier comme agriculteur, travailleur forestier ou ouvrier d’usine. La plupart ont disparu après la guerre avec le recul la double activité, mais ces métiers traditionnels ne sont pas complètement oubliés.

*

 

*

 

 

*

 



*

D'une manière générale, le sabotier travaillait dans les régions où il y avait des forêts et des bois ; C'est dire que, de tous temps, on a trouvé des sabotiers dans pratiquement toutes les régions de France. La difficulté de transport du bois obligeait le sabotier à s'installer aux abords de ces forêts, souvent avec toute sa famille, dans une hutte qu'il construisait sur place. Au XIXème siècle, lorsque l'usage du sabot se généralisa, chaque village eu besoin de son propre sabotier et celui-ci s'installa alors dans le village. Un ouvrier consommait alors cinq à six paires de sabots par an et l'ouvrage ne manquait pas. Le sabotier achetait son bois sur pied et le faisait transporter jusqu'à son échope.

*

 

Le sabotier abattait et débitait lui-même son bois. Il s'agissait souvent du bouleau, parfois de l'orme, du hêtre ou de l'acacia. Le sabot de "luxe" se fabriquait dans le noyer. Le peuplier était utilisé pour faire les sabots utilisés en milieu humide (notamment par les mariniers) car il évitait de glisser. Bien entendu, le chêne et le frêne étaient proscrits, car beaucoup trop pesants.

*

Une fois les bûches débitées, le sabotier dégrossissait la forme à la hache. Cette hache avait un manche très court terminé par une boule pour contrebalancer le poids du tranchant. L'herminette servait ensuite à dégager le talon. Le paroir, sorte de lame tranchante de 80 cm, fixée à une extrémité entrait ensuite en action dans les mains habiles du sabotier pour donner la forme extérieure définitive au sabot. Le creusage s'amorçait à la tarière, sorte de vrille de 40 cm, puis se finissait à la cuiller. Cet outil tranchant, qui ressemble à une cuillère comme son nom l'indique, pouvait avoir plusieurs gabarits. Le boutoir et la ruine (ou rouanne) permettaient d'accéder au fond du sabot pour la finition.

*

 



*

 

 

 

*

 



Commentaires

Marie 24/04/2012 10:49


Joli travail que tu valorises...à ne pas oublier la vie de nos ancêtres..

michel 22/04/2012 16:49


J'en ai acheté en Hollande mais n'ai jamais pu les supporter...il doit y avoir une façon de marcher ?

micheline 21/04/2012 20:12


SOUVENIRS....................

petitefolie72 22/04/2012 00:33



et oui Micheline... bon dimanche