Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
petitefolie72 coups de coeur jardin - voyage - émotions - famille - décoration - photo - nature - poesie - coeur - mot - famille - rêve - poésie -

A méditer: entre Colbert et Mazarin ....

petitefolie72

 




 

*

 

Extrait d’une conversation supposée entre Colbert et le Cardinal Mazarin

sous LOUIS XIV

(Roi de France de 1643 à 1715)

*

 




 

*

  • Colbert: Pour trouver de  l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que  Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
  • Mazarin: Quand on est un  simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison.  Mais l'Etat…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.  
  •  Colbert : Ah oui ? Vous  croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand  on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
  • Mazarin: On en crée d'autres.
  • Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
  •   Mazarin : Oui, c’est impossible.
  •  Colbert: Alors, les riches ?
  •   Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres

 

  • Colbert : Alors, comment  fait-on ?

 

  • Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un comme un pot de chambre sous le derrière d'un  malade ! . Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant  d'être pauvres ! ce sont ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour  compenser… c'est un réservoir inépuisable.

 



Extrait du Diable Rouge ». Une pièce de théâtre contemporaine et dont le sujet est le suivant : « Au sommet de son pouvoir mais à la fin de sa vie, le cardinal Mazarin achève l’éducation du jeune roi Louis XIV, sous le regard de la reine-mère Anne d’Autriche et d’un Colbert qui attend son heure. Tous ces personnages, leurs calculs et leurs rivalités ne sont pas sans rappeler les jeux du pouvoir et ces liens étroits entre affaires publiques et vie privée dont nous sommes témoins aujourd’hui sur la scène politique. Tant il est vrai que les régimes changent mais que les motivations des hommes restent les mêmes…  »...

 

*

c'était il y a quatre siècles

*



 

*

*

 



 

*


Jean-Baptiste Colbert fut Contrôleur général des Finances de France et Secrétaire d’État de la Maison du Roi.
Il entre au service du Roi de France Louis XIV, à la mort de son protecteur Mazarin. Inspirateur et promoteur d’une politique économique interventionniste, le colbertisme, selon laquelle il convient de favoriser activement le développement du commerce et de l’industrie en France par la création de fabriques étatiques (dont lui même et les membres de sa clientèle sont indirectement les premiers bénéficiaires).
Jules Mazarin (Giulio Mazarini ) mieux connu sous le nom de Cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme politique, d’abord au service de la Papauté, puis des rois de France Louis XIII et Louis XIV.

La Fronde est une période de troubles graves qui frappent le royaume de France. les difficultés financières s’aggravèrent, rendant les lourdes mesures fiscales de Mazarin de plus en plus impopulaires. Ce fut l’une d’elles qui déclencha la première Fronde.
La Fronde naquit tout d’abord d’un mécontentement général. Celui-ci prenait sa source dans la crise économique et l’augmentation de la pression fiscale en vue de faire face aux dépenses de la guerre de Trente Ans. En effet, le Cardinal Mazarin demande au surintendant des finances Particelli d’Emery, d’élargir l’assiette de nombreux impôts. Ce dernier a cherché par tous les grands moyens à augmenter les recettes notamment par l’édit du Toisé, la taxe des Aisés et l’Edit du tarif. 
*
Edit de Toisé : nouvel impôt foncier royal pour faire face aux besoins financiers de la couronne. Ce projet suscite des troubles urbains et le Parlement de Paris obtient l’exemption pour ses membres, pour les avocats, les procureurs, les notaires, et les officiers.
*
La taxe des Aisés : Les Aisés sont une catégorie de personnes supposées pouvoir supporter des impôts exceptionnels ou souscrire obligatoirement des rentes ou des emprunts de l’Etat, en raison de leur richesse. Ne touchant qu’une petite partie de la population, on espérait, outre un versement probable, la neutralité des autres contribuables, quelquefois pas mécontents de voir ” faire payer les riches “. On évitait ainsi le risque d’”émotions populaires”. Le Parlement de Paris, pourtant composé exclusivement d’Aisés, accepta de telles taxes à condition que ni ses membres ni les bourgeois de Paris ne soient mis à contribution.
*
L’Edit du tarif : est un texte législatif français concernant la fiscalité de l’Ancien Régime. .Cet édit est source d’une violente contestation des élites de robe parisiennes. La Cour des aides tente de négocier l’enregistrement de l’édit en réclamant un privilège de franchise pour les bourgeois de Paris sur les produits de ”leurs terres, vignes et vergers”. Le Parlement considère que la monarchie usurpe ses prérogatives et refuse l’enregistrement de l’édit. Il ne sera donc jamais appliqué.
Sept nouveaux édits fiscaux sont soumis à enregistrement auprès du Parlement de Paris. En dépit de protestations,  le Parlement doit s’effacer. Toutefois, il est farouchement hostile à ces mesures qui touchent la plupart de ses membres qui, jusque là, ne payaient pas ou peu d’impôts. En ce sens, la Fronde est un soulèvement des gens de bien, ne souhaitant pas payer d’impôts ou d’augmentation d’impôts.
*

Commentaires

mounic 05/04/2012 22:12


toujours d'actualité!!!!!!!!!!hélas! bisous de mémé qui file aux plumes (plumée!!!!!!!)

Bulferetti 05/04/2012 20:18


Merci pour ton article très intéressant...l'histoire n'a pas changé et ne changera jamais...L'Etat restera pourri par tous les "pourris"qui le dirigent et les pauvres seront de plus en plus
pauvres...A quoi ça sert de voter???

chassot 05/04/2012 20:13


Ton blog est génial et ton histoire tombe bien avec le sujet que je cherche à faire passer ! Pas mal ta rencontre ce soir après avoir traversé Le Mans à pied, histoire de chercher un peu de
travail (j'en ai grandement besoin), des restaurants et tout le reste dans le coin ! A bientôt  et quand tu peux !

mouneluna 05/04/2012 18:36


on ne réécrit pas l'histoire elle s'écrit toute seule, et c'est toujours les mêmes qui paient.


en plus maintenant les riches passent les frontières de la france pour vivre ou il y a moins d'impots la suisse par exemple.


toi et moi, nous ne pourrons pas partir en suisse.


j'aime beaucoup ton post


Bisous