Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
petitefolie72 coups de coeur jardin - voyage - émotions - famille - décoration - photo - nature - poesie - coeur - mot - famille - rêve - poésie -

Mardi 27/09/16 - HANOI / NGHIA LO 4 h 40 min (192,5 km)

petitefolie72

Bonjour tout le Monde ..... Nous voici arrivés au Vietnam .. Nous sommes frais et dispo et hop hop pas de temps à perdre nous prenons la route !! dès que nous pourrons nous posterons des photos sur facebook : https://www.facebook.com/viet.nam.5095

 

hop hop hop c'est parti pour une belle aventure...

 

 

 

Dès notre arrivée à Hanoi à 6 h du matin nous partirons pour Nghia Lo à travers la moyenne région du Nord. Nous visiterons une plantation de thé, techniques de culture et de confection du thé qui est la boisson nationale des vietnamiens. Arrivée à Nghia Lo dans l’après-midi, Installation chez un habitant de l’ethnie Thaï blanc dans une maison sur pilotis, construite en bois, adossée sur une colline donnant sur la vallée de Muong Lo, deuxième grande vallée du Nord Vietnam. Partage du temps, visite et nuit chez l’habitant.

Nghia Lô est une jolie petite ville de province au beau milieu de la plaine de rizières la plus grande du Nord après celle de Dien Bien Phu. Comme cette dernière, elle a été le siège d’une bataille féroce –ou plutôt de deux- de la Guerre d’Indochine.

 

  • La bataille de Nghia Lô (3-10 octobre 1950) Ou le coup de poker du général Salan
  • Mi-septembre 1951, le Vietminh sérieusement étrillé par de Lattre à Vinh Yen et Mao Khé ne peut plus pénétrer dans le delta du fleuve Rouge, la source du riz. Giap décide donc d’attirer les troupes françaises loin de ce delta pour pouvoir y pénétrer et ravitailler ses troupes affamées. Il choisit le poste de Nghia Lô, qui « ferme » les communications avec le pays Thaï de Lai Chau et le Laos, et y dirige la fameuse division d’élite 312, la victorieuse de Dong Khé en octobre 1950. Le rapport des forces est catastrophique pour les français : un millier d’hommes, surtout des supplétifs thaïs, dans le poste, alors que Giap y expédie 12 000 hommes d’élite et des milliers de porteurs.
  • C’était sans compter sur le plus grand stratège de l’armée française, Raoul Salan, qui connaissait le pays comme sa poche et était un redoutable joueur de poker. Contre l’avis de ses supérieurs mêmes, il décide de garnir un peu le poste, mais surtout de parachuter des troupes d’élite (8e B. P. et le fameux 2e B.E.P. du non moins célèbre capitaine Raffali) en pleine jungle derrière le Vietminh pour prendre les troupes de Giap à revers. La bataille de Nghia Lô commence le 3 octobre et se poursuit avec acharnement jusqu’au 15 octobre, date à laquelle le Vietminh doit refluer en laissant sur le terrain un millier de morts et 2500 blessés.
  • La 2e bataille de Nghia Lô et les marathon des paras de Bigeard Toujours avec la même stratégie d’attirer les français dans les jungles pour dégarnir le delta du fleuve Rouge et récupérer « le nerf de la guerre », c’est-à-dire le riz, et en fait de couper le Nord en deux en faisant sa jonction avec les communistes laotiens du Pathet Lao (ce sera également le concept stratégique derrière Dien Bien Phu), Giap reprend son idée de s’empare de Nghia Lô avec 2 divisions d’élite cette fois-ci, la 308 et la 312. Alertés par les services d’écoute radio, les petits postes français éparpillés dans la région se regroupent à Thu Lé, où est parachuté le 6e BPC de Bigeard.
  • Cette fois-ci, le Vietminh submerge le poste de Nghia Lô (17 et 18 octobre 1952) et se tourne ensuite vers Thu Lé, à 30 km au nord. Avec son sens inégalé du terrain et son intuition phénoménale, Bigeard attend la dernière minute afin de réceptionner le maximum des troupes des postes isolés, et commence le 20 octobre un marathon de 70 km à travers la jungle montagneuse, poursuivis par les bodoï d’élite de la 312 qu’il bat physiauement au prix de terribles accrochages : 3 jours de course-poursuite pendant lesquels ne cessent les combats d’arrière-garde et les ravitaillements par parachute. Après avoir traversé la rivière Noire en pirogues et ses affluents gonflés par les pluies en faisant la chaine, les rescapés arrivent complètement épuisés au petit poste de Tu Bu, d’où des camions les emmènent à Son La.
  • C’est cette épopée, connue sous le nom de « Marathon des paras de Bigeard », qui a rendu celui-ci célèbre dans toute l’Indochine.

 

 

Mais avant de vous montrer une photo de l Ethnie des Thai blancs, je vous conseille de lire cet excellent article décrivant les 54 ethnies minoritaires du Viet Nam, les Viets étant l’Ethnie majoritaire : http://www.blog-trotteuses.com/a-la-rencontre-des-ethnies-minoritaires-du-vietnam/

 

 

 

 

Et nous allons passer notre première nuit chez l habitant ....a demain pour de nouvelles aventures...

*

bisous

*

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires